En présence d’enfants en résidence alternée (parfois encore appelée garde alternée), chaque parent peut faire prendre en compte l’enfant pour la détermination de ses droits à l’APL, mais seulement pour la période pendant laquelle il accueille l’enfant à son domicile au cours de l’année. C’est ce qu’a jugé le Conseil d’État le 21 juillet 2017.