Lorsqu’un locataire donne congé à son propriétaire et souhaite bénéficier d’un délai réduit de préavis (mutation professionnelle, perte d’emploi, logement situé en zone tendue…), il doit le justifier au moment de l’envoi de la lettre de congé. Un justificatif donné tardivement n’est pas valable. À défaut, le délai de préavis applicable à ce congé est de 3 mois. C’est ce qu’a jugé la Cour de cassation dans sa décision du 11 avril 2019.